Faire des découvertes culturelles pendant un voyage au Brésil

Rédigé par Mickael - - Aucun commentaire

Faisant partie des plus vastes pays du monde, le Brésil propose mille et une découvertes à faire. Y séjourner donnera aux globe-trotters la chance de visiter des sites naturels d’exception. Sinon, cette destination est aussi parfaite pour un voyage culturel. Sur place, les bourlingueurs verront des monuments rappelant l’histoire de cette contrée. Un périple en terre brésilienne permettra également aux routards de goûter à des mets locaux.

Une culture métissée

S’imposant comme une destination phare en matière de tourisme vert, le Brésil fait rêver les amoureux de la nature. Ainsi, en y séjournant, les vacanciers seront tout simplement ébahis par la découverte de la biodiversité de ce pays. Toutefois, cette contrée ne séduit pas uniquement grâce à la richesse de sa faune et flore. En effet, il attire aussi les férus de voyage culturel. Ces derniers, durant leur périple en terre brésilienne, partiront certainement à la rencontre des locaux. Ceux-ci affichent un brassage ethnique remarquable. Il est très métissé. Les Brésiliens ont des origines diverses, dont des Asiatiques, des Amérindiens, des Africains et des Occidentaux. À l’image de son peuple, la culture de ce pays est le résultat de plusieurs influences. Les Européens y ont apporté leur savoir-faire en matière d’architecture. Cela transparait notamment à travers les édifices de style baroque que les bourlingueurs pourront, par exemple, voir à Ouro Preto.

Découvrir des monuments fabuleux

Au cours d’un voyage au Brésil, la découverte de sa culture se fait aussi à travers la visite de ses monuments emblématiques. Parmi ces derniers, le Christ Rédempteur est certainement l’un des plus notables. Il dispose d’un emplacement privilégié. Cette statue est installée au sommet du mont Corcovado, ce qui lui permet d’être visible de loin. Sa construction s’est étalée sur à peu près 5 ans, entre 1926 et 1931 pour être plus précis. Pour accéder à ce site, les globe-trotters pourront opter pour la marche à pied. Ceux qui sont un peu pressés privilégieront le bus ou le train. Par ailleurs, la basilique Notre Dame D’Aparecida mérite aussi un coup d’œil lors d’un séjour dans ce pays. Elle se trouve dans la commune d’Aparecida, dans l’État de São Paulo. C’est l’un des lieux de culte catholiques les plus imposants du monde.

Déguster des spécialités culinaires

Pour passer d’agréables vacances au Brésil, l’une des destinations idéal pour les voyageurs, rien de tel que la dégustation de mets locaux. D’ailleurs, grâce à sa cuisine riche et variée. Ce pays se prête parfaitement à un séjour culinaire. L’art de la table brésilien tire ses origines des habitudes alimentaires autochtones, européennes et africaines. Il compte une multitude de plats délicieux avec lesquels les gourmets raviront leurs papilles. Ceux qui aiment tout particulièrement les fruits de mer se laisseront tenter par les crevettes marinées. Ces dernières sont appelées camarões à paulista par les locaux. Sinon, pour faire bonne chère durant un séjour dans cette contrée, les bourlingueurs se délecteront de la feijoada. C’est un mets qui se prépare avec divers ingrédients, y compris des saucisses fumées et des morceaux de porc.

Classé dans : Tourisme - Mots clés : aucun

Des beaux parcs à découvrir avec un guide en Tanzanie

Rédigé par Mickael - - Aucun commentaire

Réputée pour sa biodiversité, la Tanzanie est une destination idéale pour des vacances safari ou un voyage en pleine nature. Ce pays abrite des aires protégées englobant une faune rare et diversifiée. Un circuit personnalisé dans la contrée permet aux routards de visiter les plus beaux parcs nationaux du territoire tanzanien. À cette occasion, ils pourront observer les Big five et les animaux endémiques d’Afrique.

Le parc national de Tarangire, une halte obligatoire en Tanzanie

Même moins vaste, le parc national de Tarangire attire de nombreux visiteurs lors d’un voyage en Tanzanie. Couvrant une superficie de 2 850 km2, l’écosystème de ce site est caractérisé par des plaines et des zones marécageuses. Cette aire protégée est aussi jalonnée de baobabs, de savanes arborées et d’acacias.

En outre, la faune variée est une attraction principale de ce parc. Ce dernier est célèbre pour ses nombreux troupeaux d’éléphants. Des girafes, des impalas, des lycaons, des grands koudous et des bubales de Coke sont également présentes sur les lieux. En visitant ce site, les bourlingueurs pourront aussi observer quelques prédateurs, dont des lions, des guépards et des léopards. Le parc national de Tarangire est, entre autres, un lieu de prédilection pour les ornithologues. Entre octobre et avril, il accueille des oiseaux migrateurs venus d’Europe.

Le parc national du Serengeti, un site incontournable de la Tanzanie

En poursuivant leur périple avec un guide en Tanzanie, les routards peuvent faire un détour au parc national du Serengeti. Cette aire protégée d’une superficie de 14 763 km2 se trouve au nord du pays. Elle abrite des millions d’animaux, dont des mammifères et des reptiles.

Cette réserve est célèbre au monde pour ses migrations annuelles de gnous, de gazelles de Thomson et de zèbres. Elle est un lieu de prédilection pour les amateurs de safari. Le site abrite également les animaux emblématiques de l’Afrique, connus sous le nom de Big five. Ces mammifères sont le lion, le léopard, l’éléphant, le rhinocéros noir et le buffle. D’autres prédateurs, pour ne citer que des hyènes et des guépards sont aussi visibles sur les lieux. Sur les points d’eau du parc, les bourlingueurs observeront des hippopotames et des crocodiles.

Côté paysage, le parc national du Serengeti est caractérisé par des plaines, des savanes et des rivières. Il est aussi jalonné de forêts, de collines et de monts. Ce milieu naturel est idéal pour faire du safari photo.

L’aire de conservation du Ngorongoro, une meilleure attraction touristique de la Tanzanie

Toujours dans la partie nord de la Tanzanie, les aventuriers trouveront l’aire de conservation du Ngorongoro. Unique en son genre, celle-ci est un vrai joyau de la contrée. Elle est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Culminant à environ 2 300 m2, le cratère auquel le parc doit son nom est une merveille à découvrir. Il s’agit de la plus grande caldeira intacte et non submergée au monde. Ce volcan couvre une superficie de 326 km2.

Ce site est réputé pour sa faune sauvage diversifiée. Il accueille, chaque année, des mammifères migrateurs, notamment des gnous, des gazelles et des zèbres. L’aire protégée est aussi un refuge pour les Big five. Elle est également connue pour sa forte concentration de lions d’Afrique.

Classé dans : Tourisme - Mots clés : aucun

Voyage en Afrique du Sud : quelques réserves naturelles à découvrir

Rédigé par Mickael - - Aucun commentaire

Le continent africain possède de nombreuses destinations qui méritent d’être découvertes. Ceux qui s’aventurent dans sa partie australe seront invités à rejoindre l’Afrique du Sud. Ce pays fait rêver les amoureux de la nature du monde entier. Ceux qui ont la chance de voyager dans cette contrée seront impressionnés par la biodiversité qu’ils verront sur place. Ils s’apercevront assez vite que la faune et la flore sud-africaine sont d’une grande richesse. D’ailleurs, au cours de leur séjour, ils pourront visiter des aires protégées fascinantes.

Faire un détour au parc transfrontalier de Kgalagadi

Les activités qui y sont possibles lors d’un périple sur le territoire sud-africain se déclinent à tous les goûts. Les amateurs de bronzettes et de farniente trouveront dans ce pays une large gamme de plages idylliques pour se prélasser. Ceux qui souhaitent découvrir la richesse naturelle de cette contrée, quant à eux, visiteront des réserves impressionnantes. Ils pourront, par exemple, faire une halte au sein du parc de Kgalagadi. Ce dernier couvre une superficie d’approximativement 38 000 km². La majeure partie de son territoire est située dans le désert du Kalahari. Plusieurs espèces de plantes poussent dans cette zone de conservation, dont l’acacia à girafe, du concombre Gemsbok et du melon tsamma. On y recense aussi une kyrielle d’espèces faunistiques, pour ne citer que l’oryx et le guépard.

Le Drakensberg, un site à ne pas manquer

Appelé uKhahlamba, le Drakensberg est à ne pas omettre lors d’un voyage en Afrique du Sud. Cette réserve occupe une étendue d’à peu près 2 428 km². Elle arbore un panorama très impressionnant composé de rivières, de falaises, de vallées et de montagnes. D’ailleurs, grâce à ses multiples paysages, elle offre de nombreuses possibilités d’activités. Le site est propice au deltaplane, à l’escalade et au canyoning. Les explorateurs en herbe ne seront pas en reste, car on peut également y pratiquer le trekking. En outre, cette zone de conservation plaira à coup sûr aux amateurs d’ornithologie. En effet, elle est fréquentée par diverses espèces d’oiseaux en voie d’extinction. Avec un peu de chance, les routards verront du vautour chassefiente ou du pipit à gorge jaune. Ils pourront même photographier ces volatiles. Aussi, cette aire protégée renferme un trésor culturel impressionnant, à savoir une collection d’environ 35 000 peintures rupestres.

Le parc national Kruger, un incontournable

Pour découvrir l’incommensurable richesse de la biodiversité sud-africaine, il ne faut pas oublier de faire un détour au parc national Kruger. Ce dernier s’étend sur une superficie d’à peu près 18 989 km². Il est situé au nord-est de cette contrée, à proximité de la ville de Sabie. Cette aire protégée saura combler les amateurs d’ornithologie, car elle fait office de repaire pour plus de 500 espèces aviaires. Parmi les oiseaux que l’on peut voir dans ce site, il y a la chouette pêcheuse de Pel, le jabiru du Sénégal et le circaète brun. Les mammifères pullulent également dans cette zone de conservation. Elle abrite des éléphants, des hippopotames, des koudous et bien d’autres encore. Côté hébergement, il faut noter que ce sanctuaire animalier propose plusieurs camps où les touristes pourront se reposer.

Classé dans : Tourisme - Mots clés : aucun

Une découverte écologique remplie de sensations dans les réserves naturelles costariciennes

Rédigé par Sarah - - Aucun commentaire

Étant une contrée tropicale qui est recouverte en partie par une forêt humide. Le Costa Rica est une destination parfaite pour les amoureux de la nature. Ornant les côtes de l’Amérique centrale, ce pays est avantagé par un écosystème varié, propice au développement de la faune et de la flore. Ses étendues verdoyantes sont le refuge de nombreuses espèces animales, dont quelques spécimens sont en voie d’extinction. Les touristes amateurs de la vie sauvage pourront découvrir toute une collection de bêtes fantastiques en parcourant les vastes plaines et les jungles épaisses du Costa Rica. Manuel Antonio figure au premier rang parmi les belles réserves du continent américain, c’est l’endroit par excellence pour une évasion remplie de surprises, afin de rendre le séjourinoubliable. De plus, le site est parsemé de voies magnifiques, ce qui facilite son exploration. En outre, le parc national Volcàn Arenal constitue également un incontournable, surtout pour les vacanciers à la recherche du plaisir et de la détente. Ils seront ébahis par le panorama des environs qui surmontent le gigantesque volcan de l’aire protégée.

 

Une magnifique balade au cœur du parc national Manuel-Antonio

 

Situé à une centaine de kilomètres au sud de San José, la capitale du Costa Rica, le parc national Manuel Antonio est une merveille écologique qui mérite un détour. Les visiteurs vivront une expérience authentique lors de leur séjour au Costa Rica dès qu’ils auront mis les pieds dans cette fabuleuse réserve naturelle. Il est très fréquent d’apercevoir quelques singes capucins qui sursautent un peu partout, même sur le chemin qui mène vers l’entrée du site. Les férus de la flore costaricienne seront ravis de tomber sur une multitude de plantes sauvages. Les randonneurs seront surpris par la diversité impressionnante d’espèces animales qui ont élu domicile dans le parc. Sur les pistes qui conduisent au milieu de la forêt, ils observeront le quotidien des animaux, à l’instar des paresseux et des singes hurleurs. Les inconditionnels de l’ornithologie y découvriront une grande variété d’oiseaux aussi magnifiques les uns que les autres. Sur les rives de Manuel Antonio, les baladeurs traverseront le long des plages pour scruter les ratons laveurs et les iguanes, avant de plonger à l’intérieur du récif pour un rendez-vous avec la faune marine.

 

S’immerger dans les sentiers du parc national Volcàn Arenal

 

Après l’enivrante tournée effectuée dans le parc national Manuel-Antonio, les vacanciers poursuivront le périple en allant au parc national Volcàn Arenal. Ils seront ébahis par le spectacle magnifique donné par le panorama du volcan, dont le pic semble porter un chapeau de nuage blanc. Avant de pénétrer à l’intérieur de l’aire protégée, les touristes seront d’abord conviés à explorer le lac d’Arenal. Durant une balade en bateau proposé par quelques agences du coin, les visiteurs auront la chance de contempler la beauté de la végétation costaricienne qui orne les rives du lac. De retour sur la terre ferme, ils traverseront les allées parfumées du parc qui mènent vers la jungle. Au cours de leurs aventures, les voyageurs feront la rencontre des Piverts, des Toucans, des Colibris et des Trogons. Ils arpenteront ensuite les hauteurs pour aller vers le sommet du volcan. En descendant, les randonneurs observeront de loin les rares Pumas qui se cachent derrière les buissons.

Classé dans : Tourisme - Mots clés : aucun

Vacances à Kaokoland, le pays des Himbas

Rédigé par José - - Aucun commentaire

Pour rencontrer les Himbas, il faudrait pousser les périples en Namibie jusqu’à Kaokoland, un bantoustan autonome situé dans le nord-ouest du pays, près de la frontière angolaise. Le terme « bantoustan » désigne aujourd’hui tout territoire ou toute région dont les habitants sont considérés comme des citoyens de basse classe et victimes de discrimination dans leurs propres patries. Autrement dit, « bantoustan » signifie « terre des peuples ». Kaokoland avait été créé pour les Himbas, qui sont des Héréros, issus d’une tribu d’Afrique australe, chassés de leurs pays. Ces Himbas mènent la vie traditionnelle des peuples pasteurs, c’est-à-dire le semi-nomadisme, qui les amène à se déplacer, à la recherche de verts pâturages pour faire paître leurs troupeaux. À Kaokoland, les vacanciers auront la possibilité de se ressourcer, tout en essayant de comprendre la culture locale du peuple Himba.

Une petite incursion dans le quotidien des Himbas

Bordé au nord par le fleuve Kunene et la rivière Hoanib au sud, Kaokoland abrite un village nommé Krall, encore épargné du tourisme de masse. Les voyageurs y passeront des vacances en Namibie tranquilles. Comme les Himbas, ils vivront en harmonie avec la nature dans cette localité en cercle qui ressemble à un village gaulois avec sa clôture en bois de Bopame, l’arbre sacré de la région. Au centre, les explorateurs trouveront l’enclos du bétail. Autour de ce parc, des maisons sont réparties en rond. Les cases, de forme conique, sont fabriquées avec du bois, des feuilles de palmier, de terre argileuse et de bouses de vache. Au cœur du hameau, les vacanciers découvriront l’okuruwo ou feu sacré, la réserve de bûche pour l’alimenter sans relâche ainsi que l’Otjoto, la hutte que les villageois utilisent pour les rituelles. Chez les Himbas, le feu n’est jamais éteint, car il est censé maintenir la relation entre les morts et les vivants. Pour cela, un homme se charge d’allumer le feu deux fois par jour, au petit matin et au coucher du soleil. Personne, en aucun cas, ne doit franchir le feu sacré et sa ligne sans l’autorisation du chef.

Randonnée au pays des Himbas

Les chutes d’Epupa se trouvent à la sortie de la ville d’Opuwo, la capitale de Kaokoland. Après un trajet cahoteux, les globe-trotters aboutiront dans ce bout d’Éden, au cœur d’un univers verdoyant, orné de baobabs, de grands figuiers et de palmiers Makalani. La naissance des chutes vient de la rivière Kunene, d’une largeur d’environ 500 m, et qui se jette dans une série de cascades disséminées sur 1,5 km. Ces chutes, dont la plus haute mesure 37 m, constituent une des meilleures attractions en Namibie. Au sein de ce territoire magnifique, les vacanciers feront des randonnées balisées, sans trop s’approcher des rives du fleuve, au risque d’être la proie des alligators à l’appétit vorace. Enfin, la balade à Kaokoland se terminera dans un bar, où les fêtards boiront de la Windhoek Lager, la fameuse bière locale. Après, ils introduiront une pièce dans le juke-box. Au son de la nouvelle musique à la mode, les habitants et les visiteurs se trémousseront sur la piste. Ce sera une expérience toute neuve qui restera dans leur mémoire, en souvenir de leur séjour namibien.

Classé dans : Tourisme - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles de cette catégorie